Sport olympique depuis 1964, le judo est un art martial. A l'origine, c'était une méthode d'éducation intellectuelle, physique et morale. A la fin du XIXe siècle, il a été codifié par le Japonais Jigoro Kano, fils de samouraï, fondateur du judo moderne. « Le judo, disait-il, est l'élévation d'une simple technique à un principe de vivre. » En 1882, il fonde sa première école qu'il appelle Ju-Do, « la voie de la souplesse ». Aujourd'hui, cette discipline pratiquée dans 5600 clubs (affiliés à la Fédération française de judo), apporte aux plus jeunes coordination, équilibre, souplesse, force et contrôle de soi.

 

Le judo donne confiance en soi aux enfants timides et structure les plus turbulents.

Il les aide à contrôler leurs énergies et à mieux gérer la discipline.

Il apprend aussi à prévoir les réactions de l'adversaire et donc à connaître l'autre.

Il initie également la vie en communauté et au respect des autres judokas.

Baby Judo

BabyJudo

Le BabyJudo s'adresse aux enfants dés 4ans.

Il s'agit d'une initiation ludique ayant pour but de développer dans une ambiance conviviale les qualités physiques et morales de l'enfant :

  • Motricité
  • Coordination
  • Contrôle de soi
  • Confiance en soi
  • Vie en groupe

Les enfants s'initient au judo sous forme de jeux. ils acquièrent ainsi le goût du sport, de l'effort et de la vie en groupe.

Judo

Les plus jeunes judokas pratiquent leur sport de manière ludique grâce aux entraînements sous forme de jeux proposés par l'entraîneur.

 

Cette démarche les aide à prendre confiance en eux et à découvrir leur corps qui va évoluer. Une des étapes indispensables est l'apprentissage de la chute.

 


Ils vont devenir plus sûrs d'eux, plus souples et plus forts afin de se préparer pour les prochaines compétitions et pour le prochain passage de grade.

LE JUDO ET LES SENIORS

Si les plus jeunes forment la majorité des licenciés, le judo concerne les adultes, qui constituaient la population « originelle » de la discipline. Riche de sa tradition et de son histoire, de ses concepts fondamentaux humanistes, de son patrimoine technique subtil qui permet une évolution constante et un véritable travail sur soi, le judo convient bien à une population plus mûre, pour peu que sa pratique tienne compte de l’âge et du niveau de forme des adultes inscrits.


En deçà de trente ans, quel que soit le niveau, il est possible de vivre avec tous les pratiquants l’enseignement commun, l’enseignant devant simplement rester vigilant à ce que les partenaires de club sachent se « mettre au niveau » dans les combats pour éviter les blessures possibles, mais aussi les désagréments d’une opposition trop rude sur le plan physique dans les exercices libres.
Au-delà de cet âge, mis à part les pratiquants déjà confirmés, il conviendra de privilégier une pratique plus relationnelle, plus ludique, plus « souple », que rendent possibles les principes complexes du judo et qui n’exclut ni l’intensité de la pratique, ni les progrès – au contraire même, puisque cette forme de travail est recommandée par les experts pour atteindre rapidement un bon niveau de pratique.


Notre Conseil :
S’imposer une pratique souple, sans faire un usage inconsidéré de sa force, dans le sens de la « non résistance » qui est à la base de la discipline. Ainsi on limite largement les risques de lésions importantes et on s’immerge véritablement dans la dimension technique, et même « philosophique » du judo. Le jeu en vaut donc la chandelle !


Le mensuel Aviron Bayonnais Omnisports

Cliquez ici